L’espace littoral du calaisis est multiple, entre falaise, dunes et polders. La falaise du cap Blanc Nez est caractéristique avec sa couleur blanche remarquable. La craie a façonné cet environnement si particulier, parsemé de trous de bombes de la Seconde Guerre Mondiale, qui recèle une flore résistante aux vents et aux embruns salés. On y retrouve notamment le genévrier, conifère emblématique du Nord de la France. Au pied de la falaise, on peut avoir la chance de découvrir des traces de fossiles si on a l’œil. Attention aux marées si vous marchez au pied des falaises et dans les rochers !

Les dunes du fort Mahon

En descendant la falaise vers le nord, les dunes du fort Mahon, entre Sangatte et Blériot Plage, sont un parfait exemple de cordon dunaire dit » de type flamand », à savoir assez étroit et pas très haut (une vingtaine de mètres). S’étalant sur environ 3 kilomètres, on se promène entre les fourrés dunaires, composés principalement d’oyats, de panicauts maritimes, dit aussi 'Chardon des Dunes ». A mesure que l’on s’éloigne du bord de mer, ce sont les argousiers, le sureau et les troènes qui pointent leurs feuilles. Des circuits balisés vous permettent de découvrir cet espace dunaire qui reste fragile.

Un paysage de polders

Le Calaisis, c’est l’extrémité ouest de la plaine maritime flamande…ou si vous préférez le début du Plat pays chanté par Jacques Brel ! Les grandes étendues que sont les plages du Fort Vert et des Hemmes de Marck offrent un paysage de polders qui nous rappelle que le Calaisis est un territoire pris sur la mer aux premiers siècles de notre ère. Polder est un mot d’origine néerlandaise, aussi appelé Hemmes ou salines localement. Aux Hemmes de Marck les immenses étendues situées sous le niveau des plus grandes marées, tantôt plage, estran et prés salés,  laissent pousser quelques bouquets de salicorne et font de la mer « un mirage » lointain à marée basse.

Les wateringues rythment le paysage

Les wateringues que l’on peut observer dans le secteur du Fort vert constituent un réseau unique en France de canaux de drainage qui quadrillent le paysage. Ces infrastructures sont parmi les dernières à subsister dans la région et, avec le système de drainage par watergangs, illustrent parfaitement le rôle qu’ont joué les hommes dans l’édification de la Flandre maritime.

En continuant vers Gravelines, la réserve naturelle du Platier d’Oye est un lieu incontournable car elle présente plusieurs milieux naturels sur un espace relativement réduit : la dune blanche, la dune grise, la dune à fourrés, les vasières et les prairies humides où l’on peut voir brouter les vaches Highlands aux longues cornes et les poneys du même nom. Circuit de promenade et d’observation balisé.

Toute l’année des associations proposent des balades-découverte accompagnées et commentées de la flore et des paysages.