Art - Yasmina Reza

Spectacle à Calais
  • En 1882, au Salon des Arts Incohérents, l'écrivain Paul Bihaud
    présenta un tableau entièrement noir intitulé Combat de nègres dans un tunnel .
    L’ humoriste Alphonse Allais proposa quelques variations : Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la
    mer Rouge, Première communion de jeunes filles chlorotiques par temps de neige, ou encore Partage d’un apéritif anisé entre asiates
    ictériques dans un champ de blé. Pour faire rire. Puis vint en 1918 le Carré blanc sur fond...
    En 1882, au Salon des Arts Incohérents, l'écrivain Paul Bihaud
    présenta un tableau entièrement noir intitulé Combat de nègres dans un tunnel .
    L’ humoriste Alphonse Allais proposa quelques variations : Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la
    mer Rouge, Première communion de jeunes filles chlorotiques par temps de neige, ou encore Partage d’un apéritif anisé entre asiates
    ictériques dans un champ de blé. Pour faire rire. Puis vint en 1918 le Carré blanc sur fond blanc de Malevitch. Et cette fois c’était de l’art,
    une démarche en tout cas. D’autres suivirent. En 2011, inaugurant à Chaumont le premier Centre Pompidou mobile, le président Sarkozy face au Monochrome orange de Klein eut la phrase qui
    tue : « Ça, ça vaut cher. Plusieurs millions ». On a raillé. Pourtant, la philosophie critique anglosaxonne a cessé depuis longtemps de s’interroger sur ce qu’est l’art et préfère demander
    « quand un objet fonctionne-t-il comme objet
    artistique ? », laissant le marché répondre et les considérations esthétiques jouer un rôle de VRP. Et c’est tout le sujet de Art,
    éblouissante comédie déjà traduite en plus de 40 langues. Serge achète à prix d’or un tableau blanc, Marc le juge pour cela au vitriol, Yvan, entre les deux, sert de bouc émissaire et d’Auguste. Car
    au delà du débat, bien sûr, sonne l’heure d’un grand déballage intime.
    Une pièce générant tant de droits d’auteur, servie par des comédiens aussi bankables, vendue au tarif le plus haut de notre saison, est forcément un objet artistique majeur. D’ailleurs, sa prestation a valu à Jean-Pierre Darroussin le Molière 2018 du comédien, catégorie théâtre privé. Non, le prix de la statuette n’a aucune importance.

    MISE EN SCÈNE PATRICE KERBRAT

    > VENDREDI 1ER MARS
    20h30
    Grand Théâtre
    De 4 à 30€
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Art - Yasmina Reza :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Art - Yasmina Reza, soyez le premier à en laisser un !